• Roxane Cellier (Pôle Communication)

Le château de Vaux-le-Vicomte fête Noël

En ce temps de fêtes de fin d’année et pour donner un décor féérique aux célébrations de Noël, le Cejart vous propose une petite visite guidée du château de Vaux-le-Vicomte, qui s'est transformé en palais enchanteur pour cette quatorzième édition, du 23 novembre au 22 décembre.

Nous suivrons le chemin proposé par le parcours muséographique pour commenter cette visite, richement ponctuée de clins d’œil à Noël et à la saison hivernale.

A peine la porte du Musée des équipages passée, la féérie des décorations de Noël habille les différents carrosses.


Le Musée des équipages du château de Vaux-le-Vicomte. Toutes les vues utilisées dans cet article sont des photos personnelles prises par l'auteure.

Selon les salles, les guirlandes roses, vertes ou bleues permettent en un clignement de cils de s’imaginer rouler grâce à l’entrain des chevaux, en compagnie d’une marquise ou d’un baron. Toutes ces lumières déployées sont un bon moyen pour immerger le visiteur dans cet esprit des fêtes hivernales.

A la sortie de la cour des équipages, c’est le château lui-même qui se tient bien droit devant les yeux émerveillés des petits comme des grands, mis en exergue par une allée entière de sapins. Cette ambiance de Noël est définitivement bien présente à Vaux-le-Vicomte.

Le visiteur est ensuite invité à rejoindre les collections permanentes du château, seule parcelle non décorée pour l’occasion. Il n’en demeure pas moins qu’en tant que juriste en art, l’étudiant du Cejart reste absolument ravi. En effet, au détour d’un petit corridor assurant la circulation entre les enfilades d’antichambres et de chambres, c’est le jugement du surintendant Fouquet, commanditaire initial du château, qui est encadré.

Le célèbre jugement de Nicolas Fouquet, surintendant des Finances du royaume.

Notre esprit juridique ne peut s’empêcher de prêter attention à ce petit bout de papier aux aspects pourtant peu significatifs pour la plupart des visiteurs. Ce jugement n’est-il pas la preuve que droit et histoire de l’art ne peuvent que parfaitement s’accorder pour retracer notre histoire de France ?


En redescendant au rez-de-chaussée, cette fois les différentes salles sont toutes décorées de manière plus belle les unes que les autres sur le thème de Noël. Alors que cette atmosphère seigneuriale très feutrée fascine aussi bien par les fresques qui ornent les plafonds, que par le mobilier – volant ou meublant (merci à notre cher professeur Philippe Commenges de nous avoir enseigné ce vocabulaire) – allant du cabinet d’ébène au lit à baldaquins, tout cela est renforcé par les cheminées abritant des feux de bois dans plusieurs des pièces visitées.

Par la suite, ce n’est qu’une accumulation d’émerveillement à la vue de toute la scénographie travaillée à l’occasion des fêtes de fin d’année : qu’il s’agisse des innombrables sapins tous décorés d’une manière différente, des superbes tables dressées avec une décoration de Noël abondante, des jouets d’enfants jonchant le sol de la bibliothèque ou encore, en guise de cerise sur le gâteau, l’impressionnante crèche rotative alsacienne haute de huit mètres.

Cette dernière orne effectivement le Grand Salon du château et constitue le point d’orgue de cette visite magique du début à la fin.

La crèche alsacienne en majesté dans le Grand Salon.

Saluons à ce propos le magnifique travail du château, qui démontre sa capacité à immerger le visiteur / spectateur dans cette ambiance qui est si chère à tous, ainsi qu’à se renouveler chaque année dans la décoration qu’il choisit pour mettre en valeur ses collections patrimoniales. Du début à la fin, le thème des festivités est particulièrement réussi. Tout est impeccablement orchestré pour instiller aux enfants un avant-goût de Noël et rendre plus pédagogique cette visite, qui ne manque pas non plus d’émerveiller les moins grands enfants grâce à un jeu de correspondance entre les collections permanentes et la muséographie temporaire.

Ainsi, ne vous inquiétez pas si vous n’avez pas le temps de visiter Vaux-le-Vicomte dans les prochains jours, le château vous aura concocté un autre assemblage de décorations pour l’hiver prochain !

Et pour parfaire cette ambiance festive dans les moindres détails, un partenariat avec le Comptoir du Cacao vous fera découvrir un salon de thé où macarons, chocolats et odeurs d’épices venant vous chatouiller les narines. Par l’odeur alléché, vous continuerez ce parcours en vous rendant dans les cuisines du château en sous-sol. En leur sein, trône une impressionnante sculpture-gâteau de Vaux-le-Vicomte haute d'un mètre vingt surplombant des jardins à la française réalisés en chocolat ; tout cela signé de l’artiste pâtissier Bastien Blanc Tailleur.


C'est l'heure du goûter au château ; on rêverait de croquer un morceau de cette généreuse sculpture-gâteau pour l'occasion...

Si la nuit commence à envelopper la résidence de Nicolas Fouquet, la visite est loin d’être terminée : les festivités continuent et réservent encore de belles surprises.

Une petite promenade dans les jardins continuera de vous bercer dans cette magie de Noël avec de multiples illuminations et notamment la présence d’un immense écureuil, symbole du Vicomte.

Mais la grande nouveauté de cet hiver 2019 reste la projection d’un film de 8 minutes sur la façade sud du château. Un véritable son et lumière, incroyablement bien réussi, commence par retracer la création et l’histoire du château depuis le XVIIème siècle. Puis la vie au fil des saisons est dévoilée à la foule, fascinée par ce spectacle : qu’il s’agisse du bruitage du vent venant s’engouffrer au travers des fenêtres du château, ou de la musique originale accompagnant le passage de l’hiver au printemps, les effets 3D excitent l’imagination de tous.



Les illuminations extérieures du château, évoquant les fastes de l'époque en pleine harmonie avec la nuit qui baigne alors le parc.

Le château, en proposant cette innovation, a su véritablement entrer dans le XXIème siècle en mettant à profit les possibilités offertes par les nouvelles technologies.

Un seul mot pour conclure ce petit billet : attelez vite vos chevaux et galopez jusqu’à ce petit bijou le temps d’une visite !

NOS PARTENAIRES
1/7

Tous droits réservés Cercle des juristes de l'art - Pôle communication 2019