• Lise Fromentin

Visite au Musée Guimet


Ce lundi 22 octobre 2018 nous avons eu le plaisir et la chance de visiter le Musée des Arts Asiatiques Guimet accompagnés de monsieur Daniel Soulié, conservateur du musée.

Notre visite a commencé au sein du cœur historique du musée : la bibliothèque. Nous apprenons alors qu’Emile Guimet, le fils d’un riche industriel lyonnais à l’origine du bleu Guimet, est le fondateur du musée. Ce passionné de musique et de théâtre développe un intérêt pour les religions et va entamer un tour du monde duquel il revient avec une véritable collection d’objets provenant essentiellement du Japon mais aussi de Chine, de Taïwan, d’Inde ou d’Asie du Sud Est. C’est donc dans une volonté d’associer son musée à un centre de documentation important que la bibliothèque où nous commençons notre visite à été créée. Monsieur Soulié n’a pas manqué de nous rappeler l’histoire des collections du Musée Guimet qui ont été élargies par la suite grâce à de nombreuses collections telles que celles de Clémence d’Ennery ou du département des arts asiatiques du Musée du Louvre dans une volonté de rationalisation des collections des grands musées nationaux dès 1945. Ainsi, le musée Guimet devient le plus grand musée au monde consacré spécialement aux arts asiatiques.


Nous nous dirigeons ensuite dans la section consacrée au monde chinois et plus particulièrement à la Route de la Soie au Xinjiang. On apprend alors que certains objets sont issus de fouilles archéologiques menées au XXe siècle et proviennent de la falaise des mille bouddhas. L’on arrive ensuite vers une partie de l’Asie extrêmement perméable et qui va être un centre de développement important du monde bouddhique en contact avec le monde occidental : l’Afghanistan. Suite aux guerres récentes en Afghanistan et à Kaboul beaucoup d’œuvres et de monuments importants ont été détruis. De ce fait, le musée Guimet possède l’ensemble le plus important des pièces issues de cette région.


Ainsi, nous continuons notre chemin accompagnés de monsieur Soulié vers la région du Gandhara située dans l’actuel Pakistan, région qui fut le premier centre de développement de l’art bouddhique puisque c’est ici qu’est représenté pour la première fois l’image du dieu. C’est aussi l’endroit par lequel la tradition de la statuaire grecque passe dans le monde indien. On peut notamment l’entrevoir dans la perception des drapés.

Notre visite s’est ensuite poursuivie avec une salle dédiée à la Chine présentant une grande partie du legs Grandidier dont est issu l’un des chefs-d’œuvre du musée : le vase aux mille fleurs. Une fois redescendus, la visite guidée s’est terminée avec une évocation des diverses œuvres provenant du Cambodge et notamment du temple d’Angkor.

Avant de quitter le musée, nous avons aussi eu le plaisir de profiter de l’exposition temporaire « Meiji, Splendeurs du Japon impérial (1968-1912) » qui se tient au Musée Guimet jusqu’au 14 janvier 2019.


NOS PARTENAIRES
1/7

Tous droits réservés Cercle des juristes de l'art - Pôle communication 2019